INFORMATIONS

Premier permis Cool

 

Vous venez de réussir l’examen du permis de conduire. L’inspecteur vous a remis un certificat provisoire tenant lieu de permis de conduire pendant une durée de 2 mois. Vous recevrez votre titre de conduite, à l’aide de l’enveloppe lettre Max 20g fournie, avant l’expiration du certificat provisoire. A défaut d’enveloppe, votre permis de conduire sera tenu à votre disposition, au guichet des permis de conduire, service des permis de conduire de la Préfecture.

 

 Rajout de catégorie

 

Vous venez de réussir l’examen d’une nouvelle catégorie du permis de conduire. L’inspecteur vous a remis un certificat provisoire tenant lieu de permis de conduire pendant une durée de 2 mois. Vous devez transmettre à la mairie de votre domicile ou à la préfecture, avant l’expiration du certificat provisoire :                 

                                             * la copie du certificat provisoire délivré par l’inspecteur,         

                                            *  votre permis de conduire original,

 

 Vous recevrez votre titre de conduite, à l’aide de l’enveloppe lettre Max 20g fournie, avant l’expiration du certificat provisoire. A défaut d’enveloppe, votre permis de conduire sera tenu à votre disposition, au guichet des permis de conduire, service des permis de conduire de la Préfecture

 

 Attention : si vous avez changé d’adresse entre la constitution de votre dossier auprès de l’auto école et le passage de l’examen, n’oubliez pas d’en informez le service des permis de conduire de la Préfecture.

Parents  :

 

 

Tout ce qu'il faut savoir avant l'inscription à l'auto-école  

 

Vous allez inscrire votre enfant au permis de conduire afin qu'il devienne un conducteur ou une conductrice.

Les problèmes entre les parents et les auto-écoles sont parfois importants, mais il y a aussi des formations à la conduite qui se déroulent heureusement sans le moindre problème, et dans un temps parfaitement maîtrisé. Afin d'éviter les problèmes et avant d'inscrire votre enfant au permis, il est impératif de vérifier sa réelle motivation à obtenir le droit de conduire, notamment si vous en assurez le financement ou sa majeure partie. D'ailleurs, dans une bonne auto-école la question  : «  mais qui paye  ?  » arrivera assez vite lors de l'inscription. La démarche est saine car la question n'est pas anodine, les formateurs connaissent pertinemment l'incidence du financement sur le permis de conduire. Dans le secret des salles de code, un candidat qui finance lui-même son permis sera beaucoup plus assidu qu'un candidat moyennement motivé avec un permis payé par les parents, même s'il y a évidemment des exceptions.   Attention, les parents ne sont pas coupables, le rapport négatif argent/permis est identique dans le cas des permis financés partiellement par les collectivités locales, c'est comme çà
 

 

Le choix de la formation  : traditionnelle ou accompagnée  ?

 Outre la réelle motivation des enfants, les parents doivent se poser une autre question fondamentale, celle qui concerne la méthode d'apprentissage  : traditionnelle ou en conduite accompagnée ? En réalité, le choix de la conduite accompagnée impose des contraintes qui peuvent être importantes ; C'est également une formule chronophage pour les parents. Il est impératif que la relation entre parents et enfant soit donc au beau fixe, avec une confiance réciproque et une autorité à sa juste place. Ces prérogatives sont indispensables à la réussite de la formation à la conduite. Il ne faut surtout pas que l'apprentissage de la conduite devienne un enjeu au sein de la famille.   La conduite accompagnée demande également aux parents un véritable investissement tant sur l'aspect pédagogique que technique de la conduite automobile, vous serez aussi les premiers à devoir aller travailler à l'auto-école et donc a vous remettre en question. Beaucoup de parents ont tendance à imaginer que la conduite accompagnée se fait sans l'auto-école, c'est une grave erreur, c'est un triptyque entre l'auto-école, l'élève et les parents, et surtout entre les parents et l'auto-école qui doivent parler le même langage. Sachez également qu'il existe généralement dans les auto-écoles une certaine défiance envers la conduite accompagnée, car elle est source de conflit avec les parents.
  Pour l'anecdote, les inspecteurs du permis de conduire ont par exemple une petite question anodine qui revient assez souvent pour les candidats formés en conduite accompagnée  : «  à quoi sert l'appel de phares  ?  » Généralement la réponse est  ; «  c'est pour prévenir de la présence policière, voir carrément des flics dans certains cas  ». Le moniteur ou la monitrice est dépité, l'inspecteur amusé et le candidat évidemment recalé à cette question. La conduite accompagnée prépare à la conduite certes, mais pas obligatoirement au permis et ce n'est pas la même chose !   En tant que parent, il est également indispensable d'accorder sa confiance à son enfant pour la conduite. Pour que la formation soit véritablement profitable, il faut par exemple laisser conduire votre enfant sur des parcours très différents et ne pas lui éviter les difficultés. Si vous pensez que l'apprentissage global de la conduite peut se pratiquer exclusivement sur le parcours de l'école le matin ou sur de grands trajets d'autoroute, ce n'est évidemment pas le cas. Face à des difficultés qu'elles soient d'ordre relationnel ou de disponibilité, l'apprentissage par la méthode traditionnelle entièrement déléguée à l'auto-école est donc parfois préférable.

 

Fille ou garçon, les difficultés sont bien différentes

Lors de l'apprentissage de la conduite, garçons et filles ne sont pas égaux et ne rencontrent donc pas les mêmes problèmes. Si les filles sont sérieuses et travaillent avec assiduité, les garçons se montrent beaucoup moins efficaces sur ce point. Ces derniers sont en revanche généralement plus à l'aise dans la partie pratique de l'apprentissage de la conduite. Cette réalité est également à prendre en compte pour un parent, notamment pour l'apprentissage en conduite accompagnée et pour savoir qui sera le tuteur parmi les deux parents.
 
 

Un permis beaucoup plus complexe surtout

Si le permis de conduire est perçu aujourd'hui parfois comme une contrainte, c'est aussi que son contenu pédagogique est beaucoup plus important qu'il ne l'était il y a 20 ans encore. Nouvelles règles, culpabilisation des conducteurs en matière de sécurité routière et autophobie d'une part de la société ont également rendu le permis de conduire, au même titre que l'automobile, moins attrayant qu’il ne pouvait l'être dans le passé. En tant que parents il faut savoir que le permis que vous avez passé à 18 ans n'est plus du tout le même aujourd'hui. Les examens théorique et pratique sont beaucoup plus complexes. L'examen du Code de la Route est également plus difficile, son apprentissage n'a rien de réellement compliqué, mais c'est un travail quotidien quelque peu fastidieux où la motivation est donc indispensable. Inversement, il est très facile de sécher les leçons de code à l'auto-école qui n'ont rien d'obligatoire, et pourtant elles sont évidemment indispensables pour obtenir son examen.